Dans cette affaire, un salarié a été licencié pour avoir tenu des propos déplacés, adressé des messages électroniques inconvenants et invité plusieurs collègues de sexe féminin et une stagiaire à regarder sur son ordinateur des images à caractère pornographique (avec des gestes déplacés).
Ce comportement rend impossible le maintien du salarié dans l’entreprise et constitue une faute grave.

Mots clés : internet au travail

Thème : Internet au travail

A propos de cette jurisprudence : juridiction :  Cour de cassation, ch. soc. | Date : 9 fevrier 2010 | Pays : France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Please fill the required fields*

  • ESSAI GRATUIT
    Contactez-nous