Droit d’expression de la minorité municipale

 

Les juges administratifs ont annulé une délibération municipale n’autorisant pas des conseillers municipaux n’appartenant pas à la majorité municipale d’accéder à l’espace d’expression du site internet et de la page Facebook de la ville.

Facebook, extension du bulletin d’information municipale

La commune a soutenu sans succès qu’une page Facebook n’est pas un bulletin d’information générale au sens de l’article L. 2121-27-1 du code général des collectivités territoriales dès lors qu’elle n’est pas un support diffusé par la collectivité et qu’elle n’a pas un contenu visant l’information générale sur les réalisations et la gestion de la commune.  Aux termes de l’article L. 2121-27-1 du code général des collectivités territoriales, dans les communes de 3 500 habitants et plus, lorsque la commune diffuse, sous quelque forme que ce soit, un bulletin d’information générale sur les réalisations et la gestion du conseil municipal, un espace est réservé à l’expression des conseillers n’appartenant pas à la majorité municipale. Les modalités d’application de cette disposition sont définies par le règlement intérieur adopté par la Commune.  Pour l’application de ces dispositions, toute mise à disposition du public de messages d’information portant sur les réalisations et la gestion du conseil municipal doit être regardée, quelle que soit la forme qu’elle revêt, comme la diffusion d’un bulletin d’information générale.

 

La circonstance que la commune utilise Facebook pour la diffusion d’informations sans être maître de l’outil de diffusion n’a pas pour effet de faire perdre à son compte Facebook officiel sa qualité de publication d’information générale au sens de l’article L. 2121-27-1.  Si des modalités adaptées à ce support doivent être définies afin de permettre l’expression des conseillers municipaux sur ce compte, il n’apparait pas que celles-ci ne pourraient être mises en oeuvre pour des raisons pratiques ou techniques ; le contrôle des contenus publiés peut par exemple être assuré par le directeur de la publication dans les mêmes conditions que pour d’autres médias. La Commune avait donc l’obligation d’ouvrir un espace d’expression réservé aux conseillers n’appartenant pas à la majorité municipale sur le site internet et la page Facebook de la ville.

 

 

Exclusion de Twitter

En revanche, eu égard au nombre limité de caractères et aux modalités de son fonctionnement, le compte « Twitter » de la commune, qui sert principalement à relayer des informations disponibles sur d’autres médias ou à annoncer des événements, n’entre pas dans le champ des dispositions précitées de l’article L. 2121-27-1 du code général des collectivités territoriales.

[toggles class=”yourcustomclass”]

[toggle title=”Télécharger la Décision”]Télécharger [/toggle]

[toggle title=”Vendre un Contrat sur cette thématique”]Vous disposez d’un modèle de document juridique sur cette thématique ? Complétez vos revenus en le vendant sur Uplex.fr, la 1ère plateforme de France en modèles de contrats professionnels[/toggle]

[toggle title=”Poser une Question”]Posez une Question Juridique sur cette thématique, la rédaction ou un abonné vous apportera une réponse en moins de 48h.[/toggle]

[toggle title=”E-réputation | Surveillance de marques”]Surveillez et analysez la réputation d’une Marque (la vôtre ou celle d’un concurrent), d’une Personne publique (homme politique, acteur, sportif …) sur tous les réseaux sociaux (Twitter, Facebook …). Testez gratuitement notre plateforme de Surveillance de Marque et de Réputation numérique.[/toggle]

[toggle title=”Paramétrer une Alerte”]Paramétrez une alerte de Jurisprudence sur ce thème pour être informé par email lorsqu’une décision est rendue sur ce thème[/toggle]

[/toggles]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Please fill the required fields*

  • ESSAI GRATUIT
    Contactez-nous