Un contrat de conception de site Internet ne constitue pas un contrat de vente, mais un contrat d’entreprise en vertu duquel un prestataire s’engage à fournir à un client des prestations de services informatiques. Un tel contrat comporte notamment à la charge du maître de l’ouvrage (client), tenu d’exécuter le contrat de bonne foi, une obligation de coopération, et à la charge du fournisseur (le prestataire), une obligation de moyens de réaliser la prestation intellectuelle convenue dans le délai prévu. Il appartient au maître de l’ouvrage, qui invoque la responsabilité du fournisseur, de rapporter la preuve de fautes commises par ce dernier.
La seule responsabilité d’un concepteur de site Internet n’est pas engagée lorsque les retards dans la livraison du site sont dus à des demandes de modifications répétées, tardives et parfois contradictoires du client (modifications non prévues dans le bon de commande initial). Le juge évalue les dommages et intérêts selon les fautes de chaque partie.

Mots clés : Site internet – Retards d’execution

Thème : Site internet – Retards d’execution

A propos de cette jurisprudence : juridiction :  Cour d’appel de Paris | Date : 15 octobre 2010 | Pays : France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Please fill the required fields*

  • ESSAI GRATUIT
    Contactez-nous